Les tailles des oliviers génèrent un grand volume de branches dont il faut se débarrasser.

La carbonisation est parfaite pour transformer cette bio-masse en biochar qui la valorise. Les feuilles et les petites branches se carbonisent facilement car elles donnent une grande quantité de bio-gaz inflammable. Les températures des fours sont élevées, jusqu’à 900°.

Branches d’olivier et Fétuque.
904°, chaude l’olive.

Ce genre de cuisson produit du charbon actif, du Binchotan (charbon japonais) et donc un biochar super extra (classification hors normes).

Cuite bleue à l’huile d’olive !!!

De nombreux travaux au Jardin et à l’atelier.

La taille des olivier donne un bon volume de végétal a carboniser. C’est une piste intéressante pour tous les exploitants d’olivettes (oliveraies) pour valoriser leurs déchets.

Cuissons au Jardin de Fontanès avec le four n°1, le plus ancien, retapé pour l’occasion. L’autre four est en réparation. Ces fours fonctionnent à donf.

Ce four a 10 ans.

Tests de température, ça chauffe dur. Le brûlage des bio-gaz dépasse les 500°, la carbonisation est excellente.

628°, du bon charbon biochar !

Modif du grand four avec une prise des bio-gaz sur le dessus du tonneau. Ceci pour éviter de boucher cette prise lors du remplissage avec les végétaux car le fût est alors vertical puis remis horizontalement pour la cuisson.

Dans le four le tuyau sera vertical. A gauche, le bruleur sera en bas.

Un nouveau (très ancien) broyeur bientôt bon pour le service.

Couvre feu oblige, c’est d’ailleurs curieux ce terme car une charbonnière c’est bien un couvre feu ou couve feu…., on fait dans la série. Et au surprise v’là t’y pas qu’une scène met en valeur des charbonnières.

Ça fume sur le coté ?

C’est au moyen-âge en Italie et il y a plein de sorcières, brrr !

L’échelle c’est bon !

J’ai compté au moins trois meules en cuisson, bien trop pointues mais bien faites. Elles sont au même stade de carbonisation, des meules de 4/5stères, avec une belle terre noire. La fumée n’est pas trop crédible car je pense qu’en fait elles ne sont pas allumées, les décorateurs ne sont pas charbonniers.

Charbonnière d’Égypte ??

Charbonniers et sorcières, nous retrouvons là le mythe des personnages sulfureux des forêts. Monstres, brigands, surnaturel, la forêt a toujours fait peur. Les charbonniers aussi, dévoués au feu donc au diable, noir de saleté, ils transforment le bois en le brulant tout en le rendant plus inflammable au feu tels des alchimistes de l’enfer.

S’ils veulent un spécialiste pour le décors je suis partant !!!

Netflix: Luna Nera

Malgré le froid piquant, j’ai repris les cuissons. Avant cela j’ai modifié les tuyaux des gaz des tonneaux. Des tubes de 18 et 20 mm, car avec les anciens moins gros ils avaient tendance a se boucher avec la suie. J’ai positionné un bouchon sur chacun qui laisse une ouverture possible pour ramoner.

Ça marche du feu de dieu…ou du diable !!

Du biochar à foison

Dans un article du journaliste Jacques Deveaux, à France info, nous pouvons prendre connaissance des chiffres affolants de la consommation de charbon de bois en Afrique.

Il est dit que, au Congo, la consommation réelle du charbon de bois dépasse largement la production forestière nationale, ce qui veut dire que les coupes sauvages non autorisées sont 20 fois supérieures au chiffre officiel. 300 000 personnes travaillent dans ce secteur d’activité en toute illégalité.

La conséquence est une déforestation incontrôlée qui échappe aux plans de gestion forestière.

La cuisine au charbon de bois, une réalité. Éthiopie

Les chiffres sont incroyables, au Cameroun la consommation est de 356 000 tonnes de charbon de bois. Si j’applique la règle de 20% de carbonisation du poids originel du bois cela fait 1 780 000 tonnes de bois coupé.

Qui plus est, une grande partie de la production, surtout au Nigeria, part sur les marchés européens, là aussi sans contrôle.

L’Afrique ne doit plus être le continent des fantasmes occidentaux, l’Eden où la nature généreuse est sans limite. Les populations locales utilisent le charbon de bois car c’est l’énergie la moins chère et ils n’ont pas accès à d’autres énergies faute de revenus. Le pillage des ressources naturelles par les grandes entreprises occidentales, et maintenant asiatiques, donnent le mauvais exemple.

L’avenir ? Éthiopie

Le Maroc, mais aussi de petites initiatives partout en Afrique, cherchent à mettre en place des solutions moins destructives, comme les fours. Avec l’association COOPDEA et la production de galettes végétales par les résidents, nous essayons d’apporter notre contribution à un espoir d’une meilleure qualité de vie pour les Africains et la planète.

www.francetvinfo.fr/monde/environnement/cop24/en-afrique-le-charbon-de-bois-reste-le-combustible-des-familles_3095465.html

Au Jardin de Fontanès, jardin maraicher où nous avons notre four pilote, nous avons pratiqué des tests de culture avec biochar.

Le biochar étant de la poudre de charbon végétal, utilisé de plus en plus dans divers endroits du Monde. Cet ajout fortifie les qualités du sol en stockant dans les nombreuses alvéoles du charbon de l’eau et autres nutriments. Il agit comme une éponge qui petit à petit régurgite son stock. Dans les sols les plus pauvres son action est très réelle. La biomasse augmente de plusieurs dizaines de pourcentages dans ces terrains biochardisés.

En fonction des sols, le pourcentage de mélange varie. Il est aussi a ajuster en fonction des légumes ou végétaux que l’on fait pousser. Nous avons peu de retour d’expériences exploitables, aussi nous avons partagé dans trois zones des mélanges avec 300gr, 500gr et 1 kg. Les légumes sont des salades, du cerfeuil et des oignons.

Les cerfeuil ont rapidement montré une croissance plus généreuse, les oignons sont plus denses et les salades ont eu un beau développement. Le résultat est prometteur.

Kevin, le maraicher, veut maintenant cultiver plus de parcelles en biochar pour 2021. Les fours vont bien fonctionner ce printemps et fin d’hiver.

Lien pour demande charbon écologique

Article biochar précédent : biochar