Charbon de bois

La semaine est passée et après 6 jours de cuisson j’ai arrêté la charbonnière. Nous devons attendre 2 à 3 jours avant le cavage, le défournage.

La cuisson est ardente
Sous la lune, la meule se déplume !
Fin de cuisson, la forme est optimale.
Au réveil avec …120% d’humidité.
Un timide soleil éclaire la meule.
Et notre ami le héron qui nous a accompagné tout du long du processus !!!

Superbe accueil par Paul Klaasen à Ulft, à l’est de la Hollande. Nous avons posé notre campement dans un champs, entre une ferme et une friche industrielle transformée en lieu d’art. Des lapins gambadent dans l’herbe fraiche, des hérons cherchent le vers de terre et des faucons font le saint esprit avant d’être chassés par les corbeaux, c’est très champêtre…hollandais quoi !

Au travail, 15 stères de bois, env. 10 T et 120% d’humidité….

Adrien, un métallurgiste rencontré chez Jean en Ardèche, m’a invité à une rencontre de charbonniers-ères en….Hollande. Dans la petite ville de Ulft, qui a un passé de fonderie, un symposium sur la métallurgie aura lieu fin Octobre. Les charbonniers nous seront en amont à partir du 15 octobre.

Au programme, la cuisson d’une grande meule et des cuissons en fosse pour des archéologues.

Houtskool maken : faire du charbon de bois !
1200 km de chez moi.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ulft

Lors de la visite du nouveau et tout beau musée des arts et traditions cévenoles à St Jean du Gard, j’ai pu admirer une vitrine bien remplie de chaufferettes. Elles servaient à réchauffer les pieds que l’on posé sur le réservoir de charbons incandescents. Sur l’étagère du haut, une chaufferette en terre cuite, c’est assez rare. Les soirées devaient être bien froides dans ces montagnes.

Musée La Maison Rouge : https://www.maisonrouge-musee.fr/

Un passage en Italie Ligure, terre des mes ancêtres. Dans le très beau village perché de Lucinasco il y a un musée des arts et traditions dont le nom m’a interpellé : Acquarone !! C’est mon nom !!

Visite de ce musée, réparti dans différentes maisons et l’ancienne église. Chaque lieu est dédié aux différentes activités traditionnelles de la région. Lazzaro Acquarone est un sculpteur qui a vécu là au XVIIè.

Dans l’espace habitation paysanne, un fer à braise est exposé.

Le charbon de bois se retrouve dans maints objets, exposés eux dans la salle à manger de nos hôtes. Producteurs récolteurs d’olive, les collines sont recouvertes d’olivettes, Christina et Adriano sont aussi les gardiens du musée. Ils nous ont gentiment proposé de visiter leur atelier de production d’huile. Un matériel flambant neuf pour une huile de tradition. Une bonne adresse : Agriturismo nonni devia (https://www.gites.fr/gites_agriturismo-nonni-devia_lucinasco_h1377012.htm)

Ferroda stiro carbone
Bassine à braise.
Pour griller le café.
Chaufferette de lit.

Adriano, après nous avoir guidé au musée, m’a offert un égrappoir qui va avantageusement remplacer notre vieux concasseur de charbon. C’est un beau cadeau très utile. Merci à lui !

D’après mes parents, nous avions un lointain cousin qui été charbonnier, Silencio, me reste plus qu’à trouver où en Ligurie il pouvait être.

Grazie mile !

Pendant les journées de la préhistoire, des ateliers animés par des archéologues ont réalisé des démonstrations de métallurgie et du travail du cuivre. L’activité était dans le site de Cambous à Viols-en-Laval. Ce magnifique site, sous la présence du Pic-St-Loup, comporte un ensemble de cabanes néolithiques avec une reconstitution entière de l’une d’elle. Société Languedocienne de Préhistoire : https://www.prehistoire-cambous.org/

Les archéologues Élisabeth et Simon m’ont demandé de leur fournir du charbon de bois « véritable ». Mon charbon sera utilisé pour les véritables expérimentations.

J’ai fourni du charbon de meule et un gros sac de charbon de fosse.

Le soufflet a deux chambres. Redoutable efficacité en souffle continu.
Préparation du charbon en pré-allumage.
Creuset avec des billes de cuivre.

Les tailles des oliviers génèrent un grand volume de branches dont il faut se débarrasser.

La carbonisation est parfaite pour transformer cette bio-masse en biochar qui la valorise. Les feuilles et les petites branches se carbonisent facilement car elles donnent une grande quantité de bio-gaz inflammable. Les températures des fours sont élevées, jusqu’à 900°.

Branches d’olivier et Fétuque.
904°, chaude l’olive.

Ce genre de cuisson produit du charbon actif, du Binchotan (charbon japonais) et donc un biochar super extra (classification hors normes).

Cuite bleue à l’huile d’olive !!!

De nombreux travaux au Jardin et à l’atelier.

La taille des olivier donne un bon volume de végétal a carboniser. C’est une piste intéressante pour tous les exploitants d’olivettes (oliveraies) pour valoriser leurs déchets.

Cuissons au Jardin de Fontanès avec le four n°1, le plus ancien, retapé pour l’occasion. L’autre four est en réparation. Ces fours fonctionnent à donf.

Ce four a 10 ans.

Tests de température, ça chauffe dur. Le brûlage des bio-gaz dépasse les 500°, la carbonisation est excellente.

628°, du bon charbon biochar !

Modif du grand four avec une prise des bio-gaz sur le dessus du tonneau. Ceci pour éviter de boucher cette prise lors du remplissage avec les végétaux car le fût est alors vertical puis remis horizontalement pour la cuisson.

Dans le four le tuyau sera vertical. A gauche, le bruleur sera en bas.

Un nouveau (très ancien) broyeur bientôt bon pour le service.

Les cuissons ont repris au Jardin de Fontanès. Mais le four en terre a subit les assauts des grosses pluies de l’automne. Il a donc fallut que je reprenne les enduits extérieurs. Paille et terre.

Cuisson dans le four mobile, toujours aussi performant.
Comme dans les pubs : avant…
après ! Je vous conseille la lotion paille – terre MA.
charbon végétal, biochar
Paille carbonisée.
Des mangeurs de carottes dans le jardin, aïe aïe aïe ! Le lapin aux carottes c’est bon aussi !