Archives

All posts by martiacq

Privé de garrigues en ces temps de confinement, j’ai passé des heures à regarder une Charbonnière sous la forme d’un petit oiseau. La mésange charbonnière (Parus Major), parus, du latin parra, à la trouble signification d’oiseau de mauvaise augure. Il parait qu’elles sont très agressives envers les autres piou piou. Major car elles sont les plus grandes des mésanges.

Mésange charbonnière.

L’ornithologue qui a donné le nom à ce bel oiseau, a marqué un bon point en la qualifiant de charbonnière. Il a certainement assimilé la tête noire de l’oiseau à celles des charbonniers.

Mes anges charbonnières !!

Du coup j’en ai profité pour observer tous les autres oiseaux autour de chez moi. Manque une photo du Petit Duc, arrivé le 22 mars, du Pouillot qui chante au dessus de notre terrasse, de la belle Huppe Fasciée, du beau Pic Vert et d’autres qui tournent sans arrêt au dessus de nos têtes. Plus quelques autres invités à découvrir dans le diaporama ci-dessous.

Louis Salvi a été mon maitre charbonnier, c’est grâce à lui que j’ai pu acquérir ce savoir faire. C’était lors d’un beau printemps…

Une petite histoire:  » il était une fois une magnifique manifestation dans le village de Sainte-Croix-de-Quintillargues. Tous les ans, les dynamiques bénévoles, autant de femmes que d’hommes, transformaient le village en une immense vigne. La taille, savoir faire indispensable et précis, de la vigne était l’enjeu des animations. Pendant huit ans, les sécateurs taillaient dans les mains des animateurs et des participants de plus en plus nombreux qui voulaient acquérir le geste. La vigne est partout ici, le vignoble du Pic-St-loup est le plus réputé, c’est chez nous. « 

Janot à la taille, Lou Gabel

La vigne c’est bien, il y a du bon vin mais tout autour le paysage est fait de garrigues. Les garrigues forgées par le feu et le mouton. Et dans ces bois malingres nombres d’artisans du feu ont développé des savoir faire dont certains remontent aux premiers âges des métaux.

Les charbonniers en sont, pas de métallurgie et d’objets en cuivre, en bronze et encore moins en fer sans charbon de bois.

La fabrication du charbon de bois a intégré notre manifestation « Lou Gabel », avec la plus belle des présences, celle d’un Ancien, Louis.

Louis, démonstration de portage à la chèvre.

Nous avons aidé à la mise en place de la charbonnière, tout en découvrant cette activité, et nous avons partagé avec Louis le bonheur de cette cuisson.

L’année d’après, en 2002, Louis réalisera sa dernière cuisson et me donna le pieu central de la meule de bois, geste de transmission du savoir et du savoir faire. C’était à moi de continuer la tradition. Nous l’avons magnifié en équipe en créant et animant le festival des charbonnières « Lo Garou ».

Les jeunes padawans.
Cavage !
Une belle réussite, un vrai savoir faire.

Dans cette période de protection avec un masque, j’en ai bien besoin pour broyer…du charbon. En effet pour fabriquer les galettes d’écochar, nous devons après la carbonisation au four, réduire au maximum en poudre les végétaux carbonisés.

Difficile de trouver l’outil idéal, aussi nous avons eu l’idée d’utiliser un égrappeur ou fouloir à raisin. L’engin acheté d’occasion est extrêmement lourd avec ses deux rouleaux en acier mais d’une bonne efficacité. Aussi pour le déplacer il a fallu lui fabriquer une brouette adaptée.

charbon végétal

L’ensemble est stable, reste plus qu’à tourner la manivelle et le broyat tombe directement dans le récipient ad hoc, une poubelle.

charbon végétal, écochar

La couleur grise du masque montre le besoin de l’avoir pour éviter que la poussière rentre dans les bronches. J’utilise mon masque plusieurs fois, ce n’est pas contagieux…

J’ai la « chance » d’avoir chez moi l’atelier de fabrication de l’écochar, ce charbon reconstitué en galette. Ainsi je presse chaque après midi le mélange de liant et de déchets végétaux carbonisés. le stock se constitue petit à petit et aux beaux jours, après l’alerte si tout va mieux, nous pourrons nous retrouver autour de barbecues festifs.

A la sortie de l’hiver, la taille des haies et le nettoyage des jardins vont produire un grand volume de déchets végétaux. Le brulage de ces végétaux est aujourd’hui très réglementé et interdit dans la plupart des cas. Les périodes autorisées sont très courtes et totalement prohibées en été. La peur des incendies mais aussi la diffusion de particules fines dans l’atmosphère réduisent nos possibilités de ce débarrasser de ces déchets. Les stations de recyclage croulent sous les volumes et la transformation en compost ne suffit pas a absorber cette (bio)masse.

Faire pousser c’est aussi arracher et couper.

Notre activité de production de briquettes charbon « écochar » répond à cette problématique tout en valorisant ces restes sans valeurs.

Notre site expérimental de fabrication d’écochar dans les Jardins de Fontanès est opérationnel pour produire les briquettes. Nous l’améliorons en construisant un séchoir de grande capacité.

L’atelier de production avec une nouvelle presse.

ÉCOCHAR PIC-ST-LOUP, le charbon responsable !

J’ai eu le plaisir d’être invité par Philippe Bertrand, l’excellent animateur de l’émission « Carnets de Campagne » sur France Inter, le lundi 10 février 2020.

Nous avons partagé notre attrait commun du monde des charbonniers… Philippe a un ancêtre charbonnier et parler des projets « écochard » (voir ci-dessous) avec l’ONG COOPDEA.

Un moment très plaisant !

A réécouter ici: https://www.franceinter.fr/emissions/carnets-de-campagne/carnets-de-campagne-10-fevrier-2020

Cette émission me donne l’occasion de partager nos projets avec des auditeurs. Ces personnes ont aussi de beaux projets ou des réalisations en cours. J’espère que d’autres personnes prendront le temps d’échanger avec moi. Contact: altimara@altimara.eu

La production de briquettes de charbon, dites écochar, à partir de sous produits végétaux doit être considérée comme une alternative écologique.

Un charbon écolo

Notre action première a été de nous intéresser aux problématiques de l’accès à une énergie domestique pour les populations vulnérables qui utilisent quotidiennement du charbon de bois dans leurs cuisines. Cette utilisation à grande échelle génère un certain nombre de problèmes liés à la santé et à l’environnement. Charbon faiblement carbonisé, émettant un fort taux de goudrons qui se déposent sur la nourriture et qui sont inhalés. Les coupes de bois trop répétitives provoquent une déforestation même dans les mangroves.

Un charbon solidaire (Togo)

Le procédé en four à récupération des gaz, gazogène, optimise la carbonisation et garantie un taux de carbone élevé de l’ordre de 80% minimum.

L’utilisation des végétaux sans valeurs commerciales et quasi sans origine ligneuse (bois) permet d’accéder à une réserve de matière première pas ou peu exploitée.

Mais qu’en est il pour nos usages occidentaux où le charbon de bois est associé à un moment de détente autour d’un barbecue. La consommation de charbon de bois est de plusieurs centaine de tonnes/an. La France produit un tiers de sa consommation et importe le reste. L’origine des charbons de bois manque de clarté car ils transitent souvent par des intermédiaires. La lutte contre les coupes d’arbres en pays tropicaux est difficile. L’origine des bois utilisés et les conditions de travail, surtout celui des enfants, n’apparaissent pas clairement dans les déclarations des entreprises importatrices.

L’écochar, briquette de charbon végétal agglomérée, a donc sa place dans nos sociétés modernes. C’est pour ça que nous avons construit un site de carbonisation, dans un premier expérimental, et qu’un projet en cours d’un site plus élaboré va bientôt fonctionner dans la commune de Sainte Croix de Quintillargues.

Un charbon technologique et associatif

Avant de mettre en place une SCIC, société coopérative d’intérêt collectif, dans laquelle tout un chacun pourra participer, nous voulons renforcer notre association COOPDEA. Si la coopération internationale et régionale vous intéresse, bienvenue !

Contact COOPDEA https://coopdea.org/contact/

Écouter l’émission de Philippe Bertrand « Carnets de campagne » à 12:30, du 10 au 14 février ( j’ai pas la date exacte), j’ai eu le plaisir d’y être invité.

Voilà une BD originale, sans texte et très graphique et qui interpelle le charbonnier que je suis. C’est l’oeuvre d’un certain Max, catalan barcelonais, auteur de bandes dessinées. Sa BD m’a été offerte à Noel et elle ne me laisse pas indifférente.

D’abord le titre « Roi Charbon ». Serait il le Grand Chef des charbonniers, un Carbonari Grand maitre, non, c’est un petit bonhomme, mi humain, mi animal avec un grand nez-bec fort pointu.

Ce personnage résonne d’un vieux conte antique, une histoire écrite par un romain prestigieux, Pline l’ancien. Celle-ci raconte comment une jeune femme éprise d’un jeune homme qui va partir à la guerre, trace le contour de son ombre avec un morceau de charbon de bois.

L’éditeur parle d’un « flux hypnotique et ininterrompu ». Moi j’y vois la continuité des gravures de l’art pariétal mises en mouvement. Les bisons de Niaux, les lions de Chauvet, s’animent et racontent leurs histoires, ou peut être celles des dessinateurs de la préhistoire qui à la lueurs vacillantes de leurs feux devaient voir bouger les animaux sur les parois.

Max, maitrise avec brio le développement de cette histoire quasi sans texte, ce qui donne envie dès le début de la lecture d’aller jusqu’au bout.

ROI CHARBON, Max, 2019, éditeur RACKHAM

L’homme des glaces découvert dans les Alpes de l’Ötzal à la frontière entre l’Italie et l’Autriche vient de révéler des tatouages nombreux sur son corps.

Ötzi

Ses tatouages se retrouvent un peu de partout sur sa peau. Il semble que ces applications noires correspondent aux endroits où a été repéré des lésions d’arthrite. Il y a 61 petits groupes en parallèles et deux marques disposés en croix sur les lombaires, les genoux et des chevilles.

Ötzi est l’homme le plus ancien que l’on connaisse avec des tatouages et ces marques sont de la poudre de charbon de bois insérée sous la peau.

Cet homme est mort certainement suite à une blessure infligée par une flèche, en grimpant une montagne vers 3200 m d’altitude, peut être en fuyant devant ses agresseurs. Une blessure au couteau dans sa main démontre qu’Ötzi a eu a se défendre juste avant son décès.

Le charbon de bois, premier vecteur de réseau social avec les peintures rupestres et guérisseur dans une démarche chamanique.

Je vais bientôt fabriquer mon premier charbon actif, ce sera l’occasion de faire un article sur ce type de charbon de plus en plus présent dans les cosmétiques et la nourriture. De l’ancien prévoyons le futur.

Wikipédia