Le début du mois de mars arrive et traditionnellement c’est ma période de carbonisateur. Dans la première semaine du mois, je (avec tous les potes) réaliser un cuisson de bois pour le transformer en charbon.

Le 7 mars, jour heureux, j’accueillerai un groupe de malentendants pour la visite de l’écosite des charbonnières.

Le 8 mars, allumage de meule, moment crucial générateur d’épaisses fumées. J’adore.

Le samedi 10 mars, nous accueillerons le public et des animations seront présentées, techniques du feu, montage de la charbonnière, etc.

Le dimanche 11, nous continuons.

En attendant, nous avons fort à faire pour remettre en état l’emplacement avec l’aire de carbonisation, les plateformes ateliers, les chemins d’accès et tout le reste. Je bâti une petite cabane pour mes courtes nuits à venir.

 

On vous y attend. Sentier des charbonnières de Ste Croix de Quintillargues

Heureux donateurs voilà l’occasion de se procurer un très beau guide présentant un des patrimoines importants de nos garrigues. A Montpellier nous parlons de clapas, à Nîmes sont connues les capitelles, un peu partout il y a les cabanes de berger, des restanques, des faïsses ou bancels. Tous ces termes désignent les tas de pierres d’un travail important de petites mains. Tas de pierres ordonnés, calibrés, alignés que sont les capitelles, les murs des terrasses, les fours à chaux et bien plus. Notre région est exceptionnellement riche de ce patrimoine vernaculaire. Ces lieux sont la  mémoire de cette tâche ardue de ces femmes et hommes qui ont d’épierré les champs et les collines des garrigues, pour pouvoir cultiver.

Les associations de pierres sèches, le collectif des garrigues et d’autres intervenants, vous proposent un Guide des Pierres Sèches. Ce livre propose 20 circuits de découverte dans tout le territoire des garrigues. J’y présente le sentier des charbonnières avec ses cabanes de charbonniers et les fours à chaux.

Un financement participatif est proposé: https://www.kisskissbankbank.com/guide-pierres-seches (image ci-dessous). Il nous faut 5000€, à ce jour nous en sommes à environ 2000€. Encore un petit effort.

En fonction de votre contribution vous aurez en retour de beaux cadeaux.

Sous l’impulsion de Marc, une belle opération de fabrique d’écochar se déroule en ce moment au Togo. Le but est de transformer les restes de paille de riz, car il y a des rizières exploitées dans ce pays. Nous avons là un beau potentiel de matériels avec une structure innovante. La possibilité de construire les fours et le matériel nécessaire comme les presses à écochar est réelle. Pour l’instants tout les acteurs techniciens sont dans la phase d’expérimentation. Nous allons pouvoir bien développer toute la chaine de traitement des sous-produits végétaux.

Un petit séjour en Islande, les aurores boréales sont plus que rares, faut dire que le ciel ne s’y prête pas. Neige, tempête, pluie verglacée, l’azur est plutôt sombre.

J’en profite pour rester au chaud dans l’atelier est transformer le petit baril du four à carboniser. J’ai apporté des tuyaux de cuivre de 18 et des manchons et coudes à olives. En Islande le cuivre est peu utilisé en plomberie, c’est pour ça que l’été dernier j’avais eu des difficultés pour fabriquer le tuyau « gazogène ». Le remplacement parait superbe et l’augmentation du diamètre du tuyau va donner plus de gaz donc plus de combustion sous le baril.

Dehors les lupins font grise mine, tout secs (sous le pluie…). Ce serai la bonne période pour les récolter mais il faudrait un lieu de stockage pour ça.

On verra ça cet été.

 

Vuitton ne fait pas que des sacs, la fondation est à l’origine de la construction d’un magnifique bâtiment à coté du jardin d’acclimatation de Paris, en bordure du bois de Boulogne. C’est l’espace culturel et d’art « La Fondation Louis Vuitton ».

L’architecture de Franck Gehry est audacieuse et de toute beauté. Il ne faut pas se priver d’aller rendre visite à ce lieu unique.

L’exposition du moment s’intitule « Etre moderne, le Moma à Paris ». Nombre d’artistes réputés sont exposés. Et parmi ces célèbres créateurs, un a interpellé mon attention….

Dessin au fusain et crayon de Ludwig Mies Van Der Rohe, 1923. Projet de bâtiment de bureau en béton, Berlin, Allemagne.

 

Pour la visite suivre ce lien

Grottes ornées, art pariétal ou des cavernes, j’avais eu l’occasion d’en parler lors de la visite de la reconstitution de la grotte Chauvet. Cette grotte qui contient l’un des plus ancien vestige de peintures préhistorique, env. 36 000 ans, a la particularité que ses dessins sont en grande partie fait au fusain. Le charbon devenu outil de communication.

J’ai pu visiter ces derniers temps la grotte Pech Merle et la fameuse Lascaux IV. Nos ancêtres artistes ont, là, plutôt utilisé de l’oxyde de manganèse et des pigments naturels.

Pech Merle, près du beau village de St-Cirq-lapopie, est une grotte très émouvante. En effet, nous avons droit de voir les vrais dessins et pas une copie. La cavité est très belle, avec de superbes concrétions, certaines étonnantes en forme de disque. Les peintures sont un peu dispersées. Le point d’orgues sont les deux chevaux remplis de pointillés et entourés de mains en négatif. Le fusain a été utilisé juste pour reprendre des courbes. Petites reprises d’artistes qui nous permet de dater la période de présence de ces hommes ou femmes. Environ 18 000 ans. Le panneau dit « de la frise noire », avec 11 mammouths, des bisons, des chevaux et des aurochs, est tout réalisé au charbon de bois. Des traces de pieds d’adolescents sont un témoignage émouvant de ces personnes qui ont parcouru à la lueur de mauvais éclairages, ces galeries. Visite: grotte Pech Merle

Galerie, ce mot évoque aujourd’hui l’art et les expositions, le mise en valeur des artistes.

A Lascaux, c’est le feu d’artifice. La galerie dite « Chapelle Sixtine » est une merveille d’art. Les parois en calcaire blanc, magnifient les superbes peintures de grande ampleur qui recouvrent totalement ces endroits. La superposition des dessins, des gravures, d’un bestiaire sans limite, donne le vertige tellement c’est beau. Juste une retouche au charbon sur un animal permet de dater cet atelier de peinture nature: entre 17 000 et 18 500 ans. Des reste de charbons dans des lampes, bois de genévrier, confirment cette période.

Visite: Lascaux IV

Nous sommes allés voir l’exposition « Rituel grecs » au musée St Raymond de Toulouse.

Bien sur le charbon de bois est présent. Un Thymiaterion Apulien du IVe Siècle avant notre ère, c’est à dire un brûle-encens. Dans divers rituels cet objet était utilisé pour brûler des résines. Dans la coupelle du haut des braises de charbon sont déposées avec les encens qui vont diffuser ainsi leurs odeurs.

Puis le maquillage des dames c’est le charbon végétal qui est employé. C’est la première fois que ce type de charbon est cité dans tous les musées que j’ai pu découvrir.

Au sous sol du musée, les fouilles sur place ont révélé des vestiges de construction et une nécropole. Avec entre autre un four à chaux antique. Comme il se doit à Toulouse, le parement est en briques. La forme générale est quand même identique à ceux de nos garrigues, avec un foyer central et un mur circulaire.

Musée à visiter, l’expo se termine en Mars. Rituel grecs